Premier service d'écoute téléphonique

L’idée de proposer une écoute au téléphone pour prévenir le suicide est au départ britannique. C’est en effet la mort par suicide d’un adolescent anglais de 14 ans, qui est à l’origine d’une annonce parue dans le Times du 2 novembre 1953 « Avant de vous suicider, appelez-moi à M.A.N. 90.00 ».
Le Révérend Chad Varah, auteur de l’annonce et fondateur des Samaritans en Grande Bretagne, vient d’inventer le premier service d’écoute téléphonique dans le monde : un service pour venir en aide à tous ceux qui étaient tentés par le suicide, aux désespérés, aux isolés et à tous ceux qui ne se sentaient écoutés de personne.

Premier lieu d'écoute français

En France, S.O.S Amitié naît de la rencontre de Georges Lillaz, qui subventionne de nombreuses initiatives sociales et du Pasteur Jean Casalis et de son épouse, premiers écoutants du premier lieu d’écoute français, créé à Boulogne-Billancourt en 1960.

L’amitié S.O.S par téléphone

Après ses premiers pas, en août 1961, l’activité d’écoute se transforme en association loi 1901. Cette dernière est d’abord appelée «L’amitié S.O.S par téléphone». Elle est soutenue par la Fédération Protestante de France auxquels se sont joints l’Eglise Catholique et le Consistoire Israélite.

Diffusion dans le monde

L’idée de l’écoute téléphonique s’étend vite dans le Monde. En 1967, une fédération internationale est créée : Ifotes (Fédération Internationale des Services de Secours par Téléphone).

Ouverture de nombreux lieux d'écoute partout en France

En parallèle, de nombreux autres lieux d’écoute S.O.S Amitié s’ouvrent en France, d’abord sans identité juridique, puis sous forme d’associations locales.
Il apparaît alors nécessaire de créer une structure fédérale capable de gérer les intérêts communs des postes d’écoute et de définir les règles de la Charte déontologique commune.
C’est la naissance de la Fédération S.O.S Amitié France, reconnue d’utilité publique le 15 février 1967.
Aujourd’hui, 50 postes d’écoute S.O.S Amitié existent en France, dont un dédié aux échanges par courriels et par chat.

Boulogne-Billancourt demeure le siège administratif de l’association S.O.S Amitié Paris Ile-de-France, cette dernière étant la plus importante de France en nombre d’écoutants

Changement de nom

L'association deviendra laïque en 1970 et transformera son nom en «S.O.S Amitié», nom qui suggère à la fois l’urgence avec S.O.S et la disponibilité d’écoute avec Amitié.

Remise du Prix Eugène Salvan
En novembre 2007, l’Académie des Sciences Morales et Politiques a décerné à l’ensemble des postes d’écoute S.O.S Amitié, le prix Eugène Salvan pour leur action depuis 1960.
Numéro unique

En 2008, S.O.S Amitié Ile-de-France adopte un numéro unique pour les 7 lieux d’écoute franciliens : le 01 42 96 26 26.

Les 50 ans
En octobre 2010, S.O.S Amitié célèbre ces 50 ans.
1ère Journée Nationale de l’Écoute
En novembre 2010, S.O.S Amitié crée la « 1ère Journée Nationale de l’Écoute », événement renouvelé tous les ans à la même date.
Christophe Malavoy devient parrain de l’association

En 2011, Christophe Malavoy devient parrain de l’association. En savoir plus sur notre parrain

1er Observatoire National des Souffrances Psychiques

En 2011, S.O.S Amitié diffuse aux médias son 1er Observatoire National des Souffrances Psychiques, observatoire reconduit tous les ans.

Participation au nouvel « Observatoire National des Suicides »

En 2013, S.O.S Amitié est invité à participer au nouvel « Observatoire National des Suicides » créé par le Ministère de la Santé. Il y participe toujours.

Attribution du label Prévention et Aide à Distance en Santé

En 2014, Santé Publique France, institution dépendant du Ministère de la santé (précédemment dénommée Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé), attribue à S.O.S Amitié le nouveau label PADS (Prévention et Aide à Distance en Santé).