Ces « primo-appelants » apparus avec la crise

Si l’augmentation du nombre d’appels depuis mars 2020 résulte de l’aggravation du mal-être des appelants réguliers, elle reflète aussi l’apparition de 3 nouvelles populations :

  • Des personnes qui, sans difficulté majeure avant la crise, ont été éprouvées par les
    nouvelles conditions de vie : confinements, restrictions de contacts, de circulation, de loisirs
    culturels…
  • Les étudiants : désorientés, sans visibilité sur leurs études, leur avenir, privés de
    rencontres et d’activités conviviales, largement confrontés à de graves difficultés financières.
    Beaucoup expriment des idées suicidaires.
  • Les soignants : L’épuisement, l’usure, le découragement, parfois, ont eu raison de leur
    stabilité psychologique au long d’une crise sans fin. S.O.S Amitié Paris Île-de-France,
    sollicitée par l’Agence Régionale de Santé, fait partie des quelques structures d’écoute et de
    prise en charge choisies pour leur venir en aide.